Kazu ou le Japon en bouche

Le plaisir d'être au bar

Le plaisir d'être au bar

Il y a le quartier chinois et le nouveau quartier chinois, situé sur la rue Ste-Catherine, entre la rue Guy et Atwater. On y trouve une pléthore de restaurants coréens, japonais, chinois sans grand intérêt, fréquentés en majeure partie par les étudiants de Concordia.

Or, coincé entre un bureau de change et un barbier, se trouve LA perle rare: KAZU.

Un aperçu de l'ambiance chez Kazu

Un aperçu de l'ambiance chez Kazu

ENFIN, Montréal peut se vanter d’avoir un authentique izakaya dont les saveurs rivalisent admirablement avec celles de sa mère-patrie. L’izakaya occupe au Japon la place qu’occupe en Angleterre le pub ou le restaurant à tapas en Espagne. Il y a environ 20 000 izakaya au Japon. Très fréquenté après le travail, on y commande des rations de plats chauds ou froids que l’on se partage entre amis ou collègues dans une ambiance décontractée. La carte, plus ou moins élaborée, va de quelques plats familiaux à une carte presque gastronomique et peut être complétée par des plats du jour, le poisson du marché, la marmite de saison.

Comme au Japon, le menu du jour est décliné sur des feuilles volantes, collées aux murs. D’immenses lanternes blanches apportent une ambiance chaleureuse et décontractée. 4 ou 5 tables en bois, 10 places au bar et on a fait le tour de l’endroit.

Tofu et kimchi

Oubliez les traditionnels sushis. Il y a beaucoup mieux. Laissez-vous tenter par le tofu fait maison, servi avec kimchi. Pur bonheur. Il se détache gracieusement et fond sur la langue comme de la soie. La marinade du kimchi se marie merveilleusement à la saveur exquise du tofu.

Chicken meatballs

Vient ensuite les chicken meatballs. Pas très chaude à l’idée, mais quel délice ! 3 boulettes de viande en brochettes tendres, mi-sucrées, mi-salées. Elles s’avalent en une bouchée. On en aurait voulu 12 chacune. Nous avons poursuivi l’aventure avec la salade de thon et de saumon, servie sur du riz. Une note parfaite. Encore une fois c’était réussi. J’aurais toutefois aimé que les morceaux de poissons soient un peu plus gros, mais cela ne tient que du caprice.

Nous avons ensuite commandé le filet de saumon (salmon belly). Grillé à la perfection, une énorme pièce de saumon légèrement caramélisée qui fond dans la bouche. Les raviolis. Délicieux. Pour finir avec le fameux 48-hours marinated pork. Un grand bol de riz, couvert de porc mariné durant 48 heures dans une sauce mirin, soya et huile de sésame.

Le délicieux filet de saumon (salmon belly)

Nous avons accompagné le tout de 2 bonnes bières Asahi et du vin de prunes on the Rocks (plum wine). Un alcool fort fait à base de prunes, très prisé au Japon. Sans oublier 2 glaces à la vanille saupoudrées d’expresso.

Le service est impeccable. Rapide, courtois et efficace. Nous avons eu notre premier plat seulement 10 minutes après notre arrivée.

Le prix des plats varie entre 5 et 15 $. Vu la qualité exceptionnelle de tous les ingrédients et la jolie présentation des plats,  c’est donné.

Toujours bondé, le restaurant est ouvert tous les jours  jusqu’à 21h30.

Vous m’en direz des nouvelles !

Merci à Elena de m’avoir gentiment accompagnée.

KAZU, 1862 Rue Sainte Catherine Ouest (coin St-Marc, métro Guy-Concordia), Montreal, 514-937-2333‎

Publicités
Publié dans Centre-ville, Ghetto Concordia, Japonais, Petit budget | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Les cinq péchés de Saint Thomas d’Aquin

Saint-Thomas d'Aquin

Au XIIIe siècle, Saint Thomas d’Aquin répète la liste des cinq manières de pécher :

1. Praepropere – manger trop tôt
2. Laute – manger trop coûteux
3. Nimis – manger trop
4. Ardenter – manger avec trop d’impatience
5. Studiose – manger avec trop de gout

Plus l’interdiction est ressenti comme pesante, plus sa transgression sera délicieuse.

Irons-nous en enfer ?

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire